banniere
» Le message de Paray-le-Monial
Imprimer

L'Heure de Présence et le message de Paray Le Monial

Le 18 septembre 1864, la béatification de Marguerite-Marie par Pie IX donne le signal de départ du plein épanouissement du Culte du Sacré-Cœur !

L’œuvre, née le 13 mars de l’année précédente, rend populaire et accessible à tous la dévotion au Sacré-Cœur, elle répond ainsi à toutes les demandes formulées par Jésus Lui-même à Sainte Marguerite-Marie :

« J’ai une soif ardente d’être honoré et aimé dans le sacrement de mon amour et je ne trouve presque personne qui réponde à mon désir. »

Les associés de l’Heure de Présence entourent en esprit le Saint Tabernacle, ils sont placés en veilleurs et se succèdent d’heure en heure pour offrir à Jésus leurs pensées, paroles, actions, affections… et surtout le désir qu’ils éprouvent de consoler son Cœur par leur amour.
 
« Je prends un singulier plaisir à voir mon amour honoré sous le symbole d’un cœur de chair. Je désire que l’image en soit exposée en public, afin de toucher le cœur des hommes et de les attirer à mon amour. »
 
Dans un cadran, autour du Cœur sont inscrits les noms des membres de l’association. Ce cadran est exposé publiquement.
 
« Je veux former autour de mon Cœur une couronne de douze étoiles composée de mes plus chers et fidèles serviteurs. »
 
 Ces douze étoiles forment la couronne entourée du chœur des anges et de toute la cour céleste louant le Cœur de Jésus.
 
« Je régnerai malgré tous les efforts que feront mes ennemis pour s’y opposer. »
  
Non seulement la Garde d’Honneur fait pressentir ce règne d’amour, mais elle acclame Jésus, son Roi, et n’a d’autre désir que de répondre à son Amour par l’amour.

 - « Ma fille, je cherche une victime pour mon Cœur et c’est toi que j’ai choisie. »
   
Cet appel s’adresse à tous et c’est généreusement  que nous pouvons répondre :
"me voici !"
 
 ********
 
 Paroles de Marguerite-Marie :
  
« Une association du Sacré-Cœur où les associés participeraient aux biens spirituels les uns des autres ferait grand plaisir au Divin Cœur » écrivait Marguerite-Marie au Père Croiset, Jésuite. 
Se succédant d’heure en heure auprès du Cœur de Jésus et, remplissant cette mission de l’adorer, le glorifier, de réparer nos ingratitudes, les associés participent aux biens de tous. Pour mieux réaliser cette supplication perpétuelle, sont réunies l’ensemble des grandes intentions de l’Église et du monde.
 
« Mon divin Sauveur m’a assuré que par la dévotion à son Sacré-Cœur, Il voulait arracher du sentier de la perdition un grand nombre d’âmes que Satan croyait déjà tenir » 
Les associés, en plus de leur heure peuvent offrir une heure supplémentaire qu'on appelle l' ‘’l’Heure de Miséricorde’’  pour la conversion d’un proche (ou à une intention qui leur tient à cœur). Les initiales sont inscrites sur le Cadran de la Miséricorde.
 
 « Marguerite-Marie contemplait le Cœur de Jésus agonisant au Jardin des Oliviers »
Les associés honorent Le Cœur transpercé au Calvaire, répandant le Sang et l’Eau dans un ultime don d’Amour. « Ivres de joie, vous puiserez les eaux aux sources du salut » (Isaïe 12), « Que celui qui a soif vienne à moi et qu’il boive » Jn 7, 37
 

L'agenda du mois
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
Saint du jour
Mercredi 29 Mai
Fête du jour : Aymar
Réflexion journalière
« Tirer une parole...la garder dans son coeur »

Je ne vous laisserai pas orphelins. Je viendrai vers vous.
Jn 14, 18
Actualité du moment


« Si je pouvais chanter
avec les Anges ;
Ô Très-Sainte Vierge,
Mère du Saint Amour :
A tout moment,
Vos célestes louanges,
A pleine voix
tant la nuit que le jour.
Ah quel bonheur
en recevrait mon âme,
Oh ! Quelle joie ressentirait
mon cœur ;
Ces entretiens me donneraient
le calme étant comblé
de leur grande douceur.
Reine des Cieux,
après Dieu, je Vous aime,
Par-dessus tout
ce que l'on peut chérir :
Plus que mes yeux
et plus que ma vie même ;
A ce sujet
je suis prêt de mourir.
Si tous les cœurs
qui sont et peuvent être,
N'en faisaient qu'un
et qu'il fut dans mon sein ;
J’irai sans différer
les soumettre, pour Vous aimer,
voilà tout mon dessein.

 Abbé Simon-Joseph Pellegrin
(1663-1745) 

 chapelet médité en ligne 

youtu.be/uxhsfFTT6ss